effectuée sur une terre cuite polychrome du 16ème s (Riccio -Andrea Briosco-). Microscopie optique, lumière visible. Terre cuite polychrome du 16ème s. (Riccio -Andrea Briosco -). Microscopie optique, lumière visible. Terre cuite polychrome du 16ème s. (Riccio -Andrea Briosco -). Microscopie optique, lumière ultraviolet. Terre cuite polychrome du 16ème s. (Riccio -Andrea Briosco -). Microscopie électronique à balayage (BSI). 17 ème s. Parchemin de J. de Hesdin, c. 1386, (BNP). Parchemin de J. de Hesdin, c. 1400, (BNP). ustensiles pour dorure à la feuille. Sculpture précolombienne et traces de pigments. Analyses in-situ au musée de l’Homme. Datée de 1681 provenant de la Gutierrez Collection et présentant principalement des pigments contemporains du 20 ème s. (Getty Research Inst.). Datée de 1716 provenant de la Gutierrez Collection et présentant principalement des pigments contemporains du 20 ème s. (Getty Research Inst.). Russe, 17ème s. en cours de restauration et d’étude (Coll.privée). Pérou (c. 900 D.C., Chimu Tardio) représentant le site péruvien de Haca de la Luna. Sur ivoire peinte, 19 ème s. (Coll.privée). Commode vénitienne peinte, c. 1745, (JP Getty Museum). Provenant de l’atelier du peintre Sam Francis (1923-1994) et ayant fait le sujet d’une étude exhaustive. 19 ème s., détail. Détail. Début du 20 ème s. Analyse en vue d’expertise. 20 ème s. (Coll. privée). 19 ème s., étude préalable à la restauration (Coll. privée). Dans le cadre d’une étude de faedometry (GOK Museum/USA). Dans le cadre d’une étude de faedometry (GOK Museum/USA). Dans le cadre d’une étude de faedometry (GOK Museum/USA). Site cérémoniel péruvien de Haca de la Luna (200-800 D.C., culture Moche). Prélèvement de pigments sur une peinture préhistorique du Brésil pour une analyse par microscopie Raman en laboratoire. Site Mayenne-Science (c) R. Pigeaud. Prélèvements sur le site Mayenne-Science (c) R. Pigeaud. Modes de dégradation des parois sur le site de Canyonlands National Park/Utah/USA. verts, bleus et violets à base de cobalt destinés à la peinture ou aux arts du feu.
matériaux_pigments Photo CARAA ©
15

Les pigments

Les pigments sont partout présents dans l’Art. On les retrouve dans les peintures laissées par les hommes préhistoriques sur les parois des grottes, dans les vitraux, les toiles de maître, les statues, les tissus, les terres-cuites… Ils sont omniprésents et connaître leur structure chimique est un atout incontestable pour authentifier, préserver et restaurer.

• Comprendre une œuvre, un artiste
La caractérisation des pigments utilisés par un artiste aide à comprendre les nombreux processus ayant mené à la production d’une œuvre peinte (mélanges, superpositions de couches, corrections, etc.). Que la peinture provienne d’une sculpture polychrome, d’une toile, d’une icône ou d’un motif rupestre, sa compréhension passe dans un premier temps par la caractérisation des matériaux utilisés par l’artiste.

• Authentifier une œuvre peinte
L’authentification peut se faire en confirmant ou infirmant la composition de la palette de pigments utilisés par l’artiste. La chronologie de l’utilisation des pigments à travers le monde est un autre moyen de déterminer si une restauration a été effectuée ou si les pigments sont compatibles avec la date de création de l’œuvre. Ce type d’analyse peut fournir une datation indirecte.

• Un atout pour la restauration
Une des applications courantes pour le secteur de la restauration est entre autres, la détermination de la stabilité des pigments à la lumière (microfadeometry) ou à la chaleur.